Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le meilleur moyen de freiner les mouvements migratoires depuis l'Afrique, c'est de ne pas piller à vil prix ses matières premières et ses richesses que sont le pétrole, le cacao, café, bois tropicaux, or, cobalt, cuivre, uranium, bauxite, lithium, etc ... Et ne pas exploiter par des concessions complices ses ports, ses chemins de fer, des plantations de palmiers à huile, etc.

Travail d'enfants dans les mines de diamant en Centrafrique
Devinez combien sont payés ces gamins pour extraire du diamant qui sera vendu à prix d'or à Anvers : "On prend vos richesses, vous restez là bien sagement dans la misère. Vous êtes gentils".

Je suis toujours stupéfait en assistant aux joutes télévisuelles des grands spécialistes français et européens de l’immigration, avec ces débats biaisés sur les chaînes de TV françaises où les africains immigrés n'ont pas la parole (notamment sur la TV CNews qui appartient aux médias de M. Vincent Bolloré, bien connu pour son exploitation des richesses africaines avec la complicité de chefs d'Etats locaux corrompus…). Débats toujours " hautement intellectuels " consistant à dire que dans 50 ans, la population africaine pourrait atteindre 2,5 milliards de personnes. Et tout ce monde émigrera en France, bien entendu, pour remplacer les vrais et bons petits Français authentiques qui ainsi deviendront minoritaires dans leur propre pays. C’est la fameuse théorie du " Grand Remplacement " qui affole le fou Eric Zemmour, super-chroniqueur patenté de la TV-Bolloré CNEWS et tous les autres extrêmistes de Droite (Lellouche, Lévy, etc, d'origine Juive comme par hasard !) comme les  membres du parti de la famille Le Pen en France ou Salvini en Italie… D’autant plus que tous les immigrés sont, par définition, bien sûr, des délinquants, des trafiquants de drogue, des criminels, de fouteurs de merde, des islamistes, des Sénégalais  et que sais-je encore… Alors que tous les Français bien Blancs sont des purs, des Saints !

Oui, parmi les "Etrangers", il y a malheureusement des «Brebis galeuses» comme parmi les Nationaux français de souche ou parmi la Police française.

Dans ces conditions, comment freiner, voire arrêter (!) réellement l’immigration (africaine ou syrienne…) vers l’Europe, vers l'Italie, la France en particulier ? Si tant est qu’on peut stopper net, d'un coup de baguette magique, les flux migratoires dans ce bas monde.

La colonisation a été un mouvement migratoire colossal jusqu'aux années 1960-70. C'est tout de même l'Italien Mussolini qui a envahi pour la coloniser l'Ethiopie, Etat indépendant, membre de la Société des Nations, SDN prédécesseur de l'Onu. Ce ne sont pas les Africains qui ont immigré vers l'Italie ! Aujourd'hui, l'Italie subit les conséquences de ses actes belliqueux d'invasion, de ses propres turpitudes coloniales. Tout comme la France. Tant pis pour Zemmour, Lévy, Lellouche et autres. 

La Suisse est le pays qui compte en pourcentage le plus d'immigrés. Mais ce pays arrive à vivre heureux avec ses immigrés qui s'intègrent bien. L'Australie, la Nouvelle Zélande, la Canada y arrivent aussi. Comme par hasard, ces pays n'ont colonisé personne et ne pillent pas les richesses africaines.

Alors, messieurs Zemmour, Lellouche et Lévy, pour arrêter la criminalité en France, suffit-il d’arrêter le mouvement migratoire via la Méditerranée ? Posez aussi la question à M. Darmanin, ministre de l'Intérieur français qui marche dans les pas de Nicolas Sarkozy et de sa tolérance zéro.

Pendant ce temps, personne ne dit mot sur le vrai débat : le pillage des richesses africaines pour enrichir l'Europe, l'Occident. Le débat sur les causes profondes et réelles de ces mouvements migratoires que sont les guerres et l’instabilité entretenues avec les armes vendues par l’Occident à des régimes complices, pourris, corrompus mais protégés. Et la pauvreté, la misère et le chômage en Afrique artificiellement entretenus par ce PILLAGE systématique de ce Continent, dont les ressources sont exploitées par des multinationales de façon coloniale, hautaine et achetées à vil prix.

C'est écoeurant, cette nouvelle économie de traitA : une nouvelle forme de colonisation ! On va chercher les richesses brutes dans les ex-colonies et on pérore confortablement assis dans les luxueux fauteuils des studios de télévision occidentaux sur ces populations ainsi dépouillées de leurs ressources et qui sont ainsi obligées de migrer pour trouver un boulot décent. Pourquoi on ne demande pas l'avis des Africains plutôt que de laisser déblatérer quotidiennement les Zemmour, Lévy, Lellouche et consort ?

Pourquoi les cours, les prix de ces matières premières, ces produits africains sont-ils fixés uniquement par l’Occident ? Dans ses places boursières : London Stock Exchange, Wall Street à New York, etc. Le prix du Cacao, dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial avec 1,5 millions de tonnes par an devant le Ghana, 350 000 tonnes et le Cameroun 200 000 de tonnes, le Café du Cameroun et d’Ethiopie, les Bois dits tropicaux du Cameroun, du Gabon, du Congo, de RCA, de Côte d’Ivoire et de RD-Congo, l’Or du Ghana, d'Afrique du Sud, et surtout le Pétrole africain avec comme producteurs l’Algérie en tête suivi du Nigéria avec 700 000 barils par jour, l’Angola, 400 000 barils, la Guinée équatoriale, 300 000 barils, le Gabon, 200 000 barils, le Congo-Brazzaville, 150 000 barils, le Cameroun, 100 000 barils officielle-ment, la Côte d’Ivoire, le Sénégal, etc ; l’Uranium du Niger et du Gabon qui alimente les centrales nucléaires françaises alors que le Niger n’a pas d’électricité ! Sans compter le manganèse, les métaux rares comme le Cuivre de RDC, de Zambie et de RCA, le diamant, les terres rares, le Cobalt, etc, etc. Le baril de pétrole peut varier de 47 dollars il y a 3 ans à 120 dollars aujourd'hui. Qui fixe ces cours ? L'Occident, Pardi ! La France, l'Angleterre, les USA. Aucun pays africain ! 

Pillage organisé du Bois sans transformations sur place. Tous les 1/4 heure, 10 grumiers de cet acabit passent... à tout berzingue à travers les villages, à destination des ports pour embarquer ces billes de 2 mètres de diamètre et 6 mètres de long, vers l'Europe.
"On prend vos richesses, vous restez là bien sagement dans la misère. Vous ne venez pas chez nous en Europe, vous êtes gentils".
 

Non seulement les prix de ces produits sont fixés par l’Europe et en Europe, mais qui est grave, ces richesses ne font pas l’objet de la moindre transformation ou traitement sur place. Donc absolument pas de créations d’emplois locaux. Absolument pas de plus-value sur place pour les Africains. Comme au temps béni des colonies où tout partait en "Métropole. Le parti de Mme Le Pen est-il au courant de ces pratiques coloniales d'aujourd'hui ? Les Zemmour, Lévy et Lellouche et compagnie ... le sont-ils. Il n’y a pas de raffinerie de pétrole( digne de ce nom) au Nigeria, ni au Gabon, ni au Congo… Le pétrole brut "pompé" dans ces pays par le France est acheminé en Europe où il est raffiné et repart en vente en Afrique où le litre de carburant ou gazole coûte aussi cher qu’à Paris, pratiquement. Les super-bénéfices, c'est pour la France, pas pour les africains. Ces Africains ainsi privés (de créations d’emplois locaux doivent aller travailler où ? Chez Total à la Défense ?

Quoi d’étonnant que les jeunes Africains suivent là où vont les richesses de leur Continent pour au moins aller trouver un travail payé au Smic de 1300 euros nets, contre les SMIC de 50 euros bruts qui leur sont proposés en Afrique pour creuser à la pelle les mines d’or, de diamant, de cobalt, d'uranium, de manganèse, des cuivre et j’en passe. Des mines qui s’effondrent de temps en temps, laissant des morts dans le trou (récemment 10 morts au Burkina Faso). On aurait tort de croire que ces jeunes Africains émigrent, quittent leurs parents, leurs familles et leurs pays, pour le seul plaisir de venir balayer les rues dans les banlieues de Paris ou faire la plonge dans les restaurants chics de Neuilly, de Lyon ou de Nice.

Les colonisations française et britannique ont été des véritables tsunamis de longue durée qui ont détruit pour longtemps les sociétés africaines par la force des armes, ont piétiné leurs cultures, leurs systèmes sociaux, leurs langues nationales, leur vies, par la brutalité, la violence. Et laissé des séquelles profondes. Très profondes. Personne n'attend de la repentance ! Aujourd’hui les jeunes en Afrique grandissent dans la langue française ou Anglaise… Evidemment ces cultures européennes les attirent avec leur étalage de fortune, de luxe, de confort, de facilité, etc.

Les spécialistes occidentaux de l’immigration, ces imprécateurs qui annoncent l'apocalypse immigrationnelle, zappent tous ces faits (ils font semblant ou ils sont vraiment incultes et idiots ?) et sont persuadés qu’ils vont arrêter l’immigration d’un coup de baguette magique ou comme le pense M. Darmanin, ministre de l’Intérieur français, en expulsant une centaine de Sans–papiers chaque année !

Les Occidentaux doivent, avec les dirigeants africains, voir la réalité des choses en face : plus on pille l’Afrique, plus on la déleste de ses richesses sans la moindre transformation sur place (création d'emplois locaux) ni des prix fixés d’un commun accord entre producteurs africains et multinationales importatrices, moins il y aura des emplois sur le Continent, plus les jeunes Africains suivront là où vont les ressources et richesses de leurs pays et viendront chercher de l'emploi en Europe.

Alors, arrêtons le bla-bla médiatique des savants et spécialistes de l’immigration, nés après la colonisation du Continent africain par la France ou la Grande-Bretagne ou la Belgique. Les séquelles de cette colonisation ne sont pas si lointaines. Pour nous qui sommes nés après la Seconde Guerre (peu après 1945) et qui avons grandi, vécu notre jeunesse et souffert sous la colonisation française ou britannique ou belge…, sous l’époque du grand pillage colonial organisé des richesses africaines, peut-être faudra-t-il une grande Conférence internationale, des grandes Assises internationales, sur cette exploitation éhontée des ressources de l’Afrique par l’Occident. Les richesses africaines doivent aussi «enrichir» l’Afrique, y créer des emplois, apporter du confort aux populations (nourriture, électricité, éducation, culture, …) et non pas la misère, avec des prix de commisération consentis depuis l’Europe et par les Européens aux pays producteurs de cacao, de café, de bois tropicaux, d’or, de diamant, de cobalt, d'uranium, de bauxite, de terres rares, de pétrole, de cuivre… Il ne s’agit pas de vengeance anti-coloniale. Mais de la simple équité, à défaut d’égalité. Pour la paix sur notre Planète. Semer la misère en Afrique et dans le Tiers-Monde par le pillage à vil prix, sans transformation sur place, des richesses prélevées (pétrole, bois tropicaux), minières (uranium, cobalt, cuivre, bauxite, diamant, or), et agricoles (cacao, café, thé, huile de palme, etc). La doctrine économique de Colbert : on va chercher les richesses où elles sont. Le commerce inégal. L'or du Pérou, par exemple au 18eme siècle. Le modèle colonial, à nouveau. C'est un appel à l'immigration vers les pays nantis qui exploitent de manière éhontée, sans trop de scrupules, les pays sous-développés avec la complicité, il et vrai, des gouvernements locaux cupides et corrompus. 

Pas étonnant que la Jeunesse, dans certains pays africains, se méfie des pays occidentaux. La France en fait aujourd'hui l'amère expérience au Mali, en Centrafrique, où la Françafrique a beaucoup régressé.

Le dur travail du cacao rapporte des milliards aux Européens et très peu aux Africains. "On prend vos richesses, vous restez là bien sagement dans la misère. Vous êtes gentils".

Adam Smith se retournerait dans sa tombe, qui, dans son ouvrage La Richesse des Nations" publié en 1776, n'avait pas prévu un système économique d'échange inégal, où l'acheteur qui est l'Europe (le Consommateur) fixe seul les prix des Biens et Services devant un Producteur africain désarmé qui n'a que ses yeux pour pleurer. Karl Marx avait sûrement raison : le détenteur du capital (le fric), le capitaliste, prend en otage le petit cultivateur africain de cacao, de café ou de palmiers à huile, avec un prix imposé dérisoire qui ne paye même pas la force de travail dépensée, au profit des richissimes chocolatiers d'Europe. Peu de Français savent qu'un kilo de cacao brut, acheté 1 Euro (je dis bien un euro le kg) au planteur du Cameroun ou de Côte d'Ivoire, rapporte 100 euros dans les luxueux cafés des Champs-Elysées.

Comme si le petit éleveur de l'Aveyron se voyait imposer le prix de son lait par les Mossis du Burkina Faso. Même les partis de Gauche en Europe se fichent qu'on paye le cacao ou le café ou le Bois tropical au lance-pierres.

                        Stéphane SANY, Rédacteur en Chef d'Afrique Horizon

 
Si cet article vous a intéressé, souscrivez un abonnement. Nos salaires proviennent de vos abonnements. Merci. Pour souscrire cet abonnement, contactez-nous : Afrique.Horizon21@gmail.com