Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Darmanin : un flop mémorable qui profite à la candidate Audrey Pulvar.

Qu'elle mouche a encore piqué Gérald Darmanin pour s'en prendre à une candidate aux élections régionales prochaines ? Le grand ministre, ancien député-Maire de Tourcoing a décidé voici quelques jours de porter plainte contre Audrey Pulvar, coupable à ses yeux d'avoir donné son sentiment sur la grande manifestation des policiers en tenue le 21 Mai  dernier ? A quoi joue donc le ministre de l’Intérieur de la République française ?

On devrait plutôt dire plutôt le "Ministre de la Police", tant l’homme se spécialise chaque jour davantage dans le prosélytisme pro-policiers ! Il s’inscrit exactement dans le sillage de son gourou, mentor et ami Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa, chantre de la « Tolérance zéro » importé des Etats-Unis où la Police est une institution créée pour perpétuer un système sur base raciste (perpétuation de l’Esclavage puis de la Ségrégation raciale…). Nicolas Sarkozy qui avait décidé d'accorder la « présomption de légitime défense » aux policiers en cas de plainte pour violences policières excessives, pour mettre ses "protégés" (les policiers cogneurs dits "brebis galeuses") à l’abri de la Justice. Le coup de Sarko le sacré bonimenteur n'a pas réussi cette fois-là. "C'est le permis de tuer", parole de son propre ministre de l'Intérieur et grand ami de l'époque, M. Claude Guéant. S'il le dit. La vérité vient de la bouche des enfants, n'est-ce-pas ?
Donc l’originaire de Tourcoing, élevé au poste suprême tant désir de Ministre de l'Intérieur, oublie cet adage et se complaît à caresser les flics dans (tous les) le sens du poils, pour afficher exactement le contraire de son éphémère prédécesseur au poste Christophe Castaner, qui entendait pour sa part jouer l'équilibre entre la sécurité de la population - y compris les « racialisés » par les policiers (les Gens dits de couleur, les Maghrébins, les Gens du voyage, etc.), victimes préférées des violences disproportionnées des agents cogneurs, brebis galeuses, etc - et la protection des policiers respectables victimes eux aussi et à leur tour du « faciès » (ils sont attaqués en raison de leur uniforme)… Les syndicats de Police, majoritairement d’Extrême Droite, ont eu la peau de Castaner. Alors Gérald Darmanin a retenu la leçon : il s’agite, frétille comme disait Christiane Taubira alors Ministre de la Justice de François Hollande, fait la danse du ventre, pour marquer son "grand" amour pour Des flics.
Du zèle, point trop n’en faut... 

Audrey Pulvar versus Gerald Darmanin : plainte contre plainte : match nul.

Justement, ces relations Policiers-Population, sont l’un des aspects pointus dont devrait débattre cette fameuse conférence dite le " Beauvau de la Sécurité", initiée début février 2021 par le Président Emmanuel Macron et reprise le 27 mai 2021 au Ministère de l’Intérieur, (Place Beauvau, face à l'Elysée, à Paris) avec les représentants des syndicats policiers, de l’Etat et des parlementaires.

Ce « grand débat » sur la Police, qui pourrait durer plusieurs mois, constitue une des pistes pour réconcilier la Police et la Population (ou plutôt "les" populations...)  après l’émoi national suscité par le tabassage par des policiers parisiens du producteur Noir de musique Michel Zecler dont nous avons parlé plus haut et les contrôles au faciès qui perdurent et qui maintiennent ce contexte défavorable à l’image de la Police française auprès de certaines populations "racialisées". Tout comme la fameuse « Loi de Sécurité globale », initiée par M. Darmanin, en cours de discussion au Parlement, mais largement contestée dans son article 24 (ou 52) qui tente d'interdire que les policiers en action soient filmés ou décrits de manière à ce qu’on puisse les reconnaître. La Presse comme une partie des citoyens sont vent debout contre cette clause totalement totalitaire, inacceptable, intolérable. Pourquoi un policier qui enfreint la loi doit être protégé ? Pour protéger sa famille, répondent les initiateurs. La famille d'un trafiquant de drogue de banlieue est-elle protégée dans les mêmes conditions ? Ce type de loi s'apparente à la tentative de Nicolas Sarkozy, en son temps, d'instituer une  "présomption de légitime défense" en faveur de tous les policiers, même les passionnés de violences gratuites. Ainsi il faut qu'un flic qui commet un délit ou un crime dans la cadre de ses fonctions puisse être reconnu (c'est une information et une preuve) et il doit assumer ses actes comme tout citoyen, tout individu. La fronde des syndicats policiers contre cette "reconnaissance" sur les réseaux sociaux a fait retoquer la Loi de Sécurité globale.

D'un autre côté les assassinats scandaleux ces derniers mois, inacceptable et répétés de policiers, victimes innocentes, fait monter la colère des Agents : parmi les suppliciés, une agent-femme tuée au commissariat de Rambouillet dans les Yvelines en Région parisienne et un policier assassiné lors d'un contrôle sur le trafic de drogue à Avignon (Vaucluse). Les Agents souhaitent aujourd’hui que les " tueurs de policiers" soient sanctionnés par des peines particulièrement  sévères que pour les homicides de citoyens. Malheureusement pour eux, la peine de mort a été supprimée en France et on ne voit pas quelle autre peine de prison éteindrait le crime en France et dans ce bas monde… 

Concernant les critiques sur ces fameuses "brutalités policières"  (dont on nous dit qu'elles n'existent pas !) ou le probable " racisme systémique " des agents qui lui aussi n'existe pas ! il est clair - et la science des Statistiques nous l'enseigne - que 100% des personnes dans une population ou un échantillon ne peuvent être foncièrement exemplaires, bons, empathiques et 100% de personnes ne peuvent être foncièrement mauvais, diaboliques. Il en est ainsi des policiers.

En majorité, il y en a qui font leur travail avec un grand sens de responsabilités et il y en a malheureusement qui sont des voyous et des délinquants en uniforme, des criminels, dans leur boulot. Quelle proportion : 5% ou 30% ? Peu importe. A la hiérarchie d'enquêter.

Le dogme de la Police sans taches et tout le reste est pure agitation, frétillement, voire de la pommade ou de la danse du ventre. Et les policiers n’ont pas foncièrement besoin de la danse du ventre...

Ce dont ils ont besoin est que leurs conditions de travail changent, s'améliorent, deviennent optimales. Qu’ils aient les moyens d’agir, dans la légalité, dans tous les lieux et endroits de France (villes, banlieues, quartiers, etc) où c’est nécessaire. Et ils ont besoin de respect et de considération car ils font un métier difficile, dangereux mettant en danger leurs vies. C'est indubitable. Alors opposer "brutalités policières" et assassinats de policiers, est-ce vraiment la solution pour le vivre-ensemble ?
Une fois de plus, 100% des policiers ne peuvent être des " Anges " et 100% des policiers ne peuvent être des démons racistes invétérés, assoiffés de violences disproportionnées… Même aux Etats-Unis, du temps de la Ségrégation, ou en Afrique du Sud, du temps de l’Apartheid, il y avait des Blancs racistes et des non-racistes. C’est aussi comme cela dans la Police.
Malheureusement, des policiers armés par l’Etat, portant un uniforme idoine, et des matraques, pistolets, tasers, etc, sont bel et bien auteurs de bavures dites " policières "  et de brutalités indignes de notre civilisation. A cause sans doute de l’uniforme qu'ils portent, sans doute, ces fameuses "Brebis galeuses" sont assimilées à des policiers... de la Police Nationale française ! Violences inacceptable exercées notamment sur ces populations minoritaires, visibles, " racialisées " (vues à travers le prisme de leur apparence physique) comme les Noirs en France, les Maghrébins, les Gens du voyage, etc. Il n’existe pas encore d’uniformes reconnaissables pour les " Brebis galeuses " et celles-ci ne portent pas de cornes sur le crâne pour se distinguer des policiers dits "angéliques". D’où effectivement ces confusions pour le commun des mortels au sujet de toutes ces bavures causées par des gens en uniforme de policiers désignées "violences policières". D’où aussi la possibilité pour tous les citoyens Français ou non de critiquer cette violence excessive pouvant donner parfois la mort (!) à de citoyens en France (la liste est très longue depuis 2002 sous le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy, le maître de la rhétorique guerrière dans les banlieues) dont font preuve certains policiers. Pourquoi cette critique serait blasphématoire, un sacrilège… ou une diabolisation de l'institution ou forcément une soit-disant diffamation, selon Darmanin ?
Que le ministre de l’Intérieur se calme. Et garde sa grande énergie pour des affaires et des causes un peu plus élevées.

Par exemple, la relation très détériorée entre la Police nationale et la Population dans toutes ses composantes, voilà la grande question qui se pose aujourd’hui à nos gouvernants. Quels sont les moyens de l’améliorer et porter un coup d’arrêt à ces assassinats, programmés, des fonctionnaires de Police ?

Toutes les institutions de la République, y compris l’Exécutif, y compris le Président de la République, peuvent être soumises à critique dans leur fonctionnement. Ce fonctionnement doit s’exercer dans le cadre de la Loi et contrôlé in fine par le Peuple. Ce n’est pas un "outrage" à Agents de Police, forcément. Si le Ministre de la Santé doit porter plainte à chaque fois qu’une critique est formulée contre un médecin, si le ministre de la Justice doit porter plainte à chaque fois qu’un citoyen critique un jugement, si le Président de la République doit porter plainte pour diffamation à chaque fois qu’un candidat critique sa gouvernance, on vivrait dans un régime que l’on désigne par le mot Dictature. Comme chez Adolf Hitler sous le IIIe Reich en Allemagne,  de 1933 à 1945. Alors permettez à une Française, de surcroît candidate aux élections régionales, très importantes, de donner son sentiment sur une manifestation de policiers (des hommes généralement armés par l'Etat lui-même, Pouvoir Exécutif) devant le Parlement (Pouvoir Législatif) en pleine session, pour dénoncer le Pouvoir Judiciaire. Cela peut effectivement en effrayer plus d'un. Comme Jean-Luc Mélenchon, dirigeant du parti des Insoumis qui y a vu un côté « factieux ». Cela veut dire ce que cela veut dire. Et Mme Audrey Pulvar a été « glacée » de frayeur devant ce spectacle. C’est un sentiment qu’elle a éprouvé, pas une accusation encore moins une diffamation ! Monsieur le ministre Darmanin s’est présenté à la manifestation et a félicité les policiers venus manifester contre le « laxisme » (dixit) de la Justice française et du Parlement. Il a probablement éprouvé un sentiment de bonheur, de joie et de fierté. C’est son droit le plus absolu.

Il n’est pas obligé de le « vendre » ses sentiments, son dogme, à tous les Français ! Il faut savoir se calmer, quand ambitionne d'être un Grand Homme politique.


Femmes et Noires...
On attend d’un Ministre de l’Intérieur qu’il garantisse la Sécurité des Citoyens et réconcilie la Police avec les citoyens. La Police est le bras armé de l’Etat, la puissance publique. Elle peut soit réprimer les citoyens (fonction Répressive), soit faire Pression sur les Citoyens, soit Opprimer les citoyens (dans les dictatures policières comme sous le 3eme Reich d’Adolf Hitler, comme aujourd’hui chez Vladimir Poutine et ses Services secrets en Russie ou chez Alexandre Lukachenko en Biélorussie.
Dans les démocraties modernes comme la France, la Police n’est pas au-dessus du Peuple, mais à son service, tout comme les gouvernants y compris le Président de la République. Personne n'est au-dessus du Peuple. La fonction essentielle de la Police est d’assurer la Sécurité et la Protection des citoyens. Cela se joue sur le fil du rasoir de ne pas tomber dans le tout-répressif, le tout-violences-brutalités sur les citoyens, le tout-Oppression ! Car, nul n’est obligé sur cette Terre de se laisser opprimer (Nations Unies). Par la Police ou par qui que ce soit ! Même un esclave ou un colonisé a le Droit (naturel), le Devoir, de se rebeller contre l’oppression. Alors certaines bavures dont les policiers sont des auteurs engendrent plus que des frustrations, de la haine et des désirs de vengeance.
On s’engage dans la Police avant tout pour ces ces objectifs et non pour se faire aduler ou caresser dans le sens du poil par un Ministre particulièrement affectueux ! La Police ne se situe pas au-dessus des citoyens ! Elle doit être à leur service. Et quand les fameuses "Brebis galeuses" en profitent pour opprimer, cogner, voire commettre intentionnellement des exactions sur une catégorie de citoyens ciblée, le rôle de l’Etat n’est pas de couvrir ces actes, d’organiser l'Omerta, spécialité corse utilisée depuis le célèbre ministre de l’Intérieur Charles Pasqua, le bougon qui voulait "terroriser les terroristes". Le fameux « Laxisme » de la Justice dénoncé à grands bruits par les policiers se manifeste aussi et surtout quand les plaintes des victimes de bavures policières sont classées purement et simplement sans suite ou ne donnent lieu qu’à une sanction symbolique n’ayant aucun rapport avec la faute ou le crime commis par les célèbres "brebis galeuses".

M. Darmanin a-t-il visionné la vidéo des trois sbires-policiers torturant le pauvre producteur de race Noire Michel Zecler (à apprendre par coeur : la Police n’est pas raciste, ce sont les « Brebis galeuses » qui le sont), le 21 novembre 2020 ? Des policiers qui, en professionnels du mensonge et du piégeage, ont raconté sciemment des bobards à la Justice pour sauver leurs peaux. Faisant sous serment ce qu’on appelle des "faux en écriture publique" ? A-t-il vu ce tabassage de Zecler par ceux qui sont sensés le "protéger" ? Qu’en a-t-il pensé, M. Darmanin ?
Pourquoi n’a-t-il porté plainte contre ces flics malhonnêtes pour faux en écriture publique ? Des cas comme de M. Zecler, combien il y en a chaque mois en France, hélas sans vidéo surveillance ? Comme journaliste, j'ai personnellement été témoin d'une sauvage agression policière semblable à Cergy-Pontoise en juin 2005, sous le règne du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa, le chantre de la " Tolérance Zéro ". Les policiers-auteurs des faits (dont le chef, Yannick Sel..., connu pour ses brutalités sur les jeunes Noirs de cette ville et que j'ai pu clairement identifier) ont juste été mutés et promus dans la petite ville de de Guéret, dans le Limousin, sans être le moins du monde inquiétés, malgré la plainte (classée sans suite) de la victime aussi amochée que Michel Zecler. Et les policiers ont pu attraper et détruire le téléphone qui les filmait ou les entendait parler.

A l'époque, il n’y avait malheureusement pas de caméras de surveillance ou de protection partout… pour édifier M. Darmanin. Si le ministre de l’Intérieur veut multiplier les plaintes contre les victimes des bavures, il doit savoir que lui aussi pourra être victime de nombreuses plaintes pour sa gestion de la Police nationale.

Le Producteur Noir Michel Zecler, tabassé, démoli par 3 policiers français le 21 nov 2020. Le gang des "Brebis galeuses" a encore frappé : la Police n'est pas raciste

L’art de lancer des coups politiques foireux…
L’ancien député-maire de Tourcoing est passé maître dans l’art des attaques politiques excessives. Hélas, cela ne lui réussit pas toujours.

Le 03 mars 2015, il s’était permis une attaque grossière, vraiment insultante à l’égard de la Ministre de la Justice, Garde des Sceaux de François Hollande, la Guyanaise Christiane Taubira, la traitant purement de "tract ambulant pour le Front National", le fameux parti d’Extrême-Droite de la famille Le Pen. M. Darmanin avait sûrement préjugé de ses forces en agressant la tigresse Christiane Taubira. Celle-ci l’a anéanti avec tact, l’a dézingué sur BFM–TV en répliquant de manière particulièrement méprisante. Qualifiant M. Darmanin de "cerveau plein de toiles d’araignée, … de personne inculte à ce point", et dont les  "propos sont des déchets de la pensée humaine". Comme à son habitude, Mme Taubira avait utilisé le bazooka, et accusé le député de Tourcoing de "trépidation odieuse". Groggy, celui-ci, alors secrétaire général adjoint de l’UMP de Sarkozy, a compris la leçon. Même s’il est allé ensuite se  plaindre chez le Premier Ministre Manuel Valls et chez le Premier secrétaire du Parti Socialiste. On récolte ce que l’on sème, n'est-ce pas ? Comme dirait son cher gourou et mentor Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa qui, lui, voulait renouveler « l’identité française » qu'il a certainement héritée de son père naturalisé en 1974 !

 

L'ancienne Ministre de la Justice Christiane Taubira et le Président François Hollande

On dirait qu’il y a chez M. Darmanin comme une fixation à taper sur les femmes politiques à la peau noire. Il est comme les policiers, il n’est absolument pas raciste ! Pas du tout, on vous dit !

Mais voilà qu’il revient à la charge, cette fois-ci contre l'ancienne journaliste de Télévision Audrey Pulvar, candidate affiliée socialistes pour les élections régionales de Juin 2021, menaçant de porter plainte contre elle puisqu’elle a déclaré avoir trouvé « glaçante » la manifestation des policiers français devant l’Assemblée Nationale en session, le 21 Mai 2021.


La journaliste Audrey Pulvar, conseillère municipale de Paris en compagnie
de Mme Hidalgo, Maire de Paris (à droite).

Le ministre de l’Intérieur qui y voyait un grand coup politique à jouer contre la candidate de la Gauche et en même temps plaire aux syndicats de Police généralement d'Extrême-Droite, n’a pas cru devoir porter plainte contre Jean-Luc Mélenchon, leader d’Extrême-Gauche qui, pour sa part, a relevé un côté « factieux » à cette manifestation de Policiers. Piquée au vif, Madame Pulvar a de son côté mobilisé ses avocats pour porter plainte contre ce ministre, justement pour « dénonciation calomnieuse". La plainte de Darmanin contre Mme Pulvar semblait de toutes façons ridicule et vouée à l’échec. Car personne ne voit dans les propos de Mme Pulvar où est la diffamation (envers la Police) telle que définie par la Loi. D'autre part, un ministre chargé précisément d'organiser les élections régionales en tant que Ministre de l'Intérieur aurait dû faire preuve d'un peu plus de réserve à l'égard de tous les candidats et toutes les candidates (la nécessaire objectivité). Cela coule de source. S'il y eu "diffamation" à l'égard ds policiers, les représentants de ceux-ci peuvent directement porter plainte sans intervention d'une personnalité gouvernementale qui n'est en rien le représentant (syndical) des policiers. Une confusion des genres !

Finalement, le ministre Darmanin a reculé et fait profil bas (probablement sur ordre de quelqu’un de plus haut placé, suivez mon regard, et de plus intelligent, on s’en doute !) et il a demandé gentiment une entrevue à Mme Pulvar qui pour sa part avait tenu à préciser que ses critiques portait sur des bavures policières précises qu'elles a citées, notamment celles sur les populations « racialisées », ne mettant évidemment pas en cause l'ensemble des policiers de France et de Navarre ! Ce qui serait ridicule ! Tout le monde en France se souvient de la vidéo sur le passage à tabac et les tortures infligées par trois policiers français au réalisateur (Noir) Michel Zecler le 21 novembre 2020 ou en Amérique, de la mise à mort de George Floyd, à Minneapolis (Minnesota) le 25 mai 2020 devant un public médusé, par le flic nommé Chauvin, (aujourd'hui condamné et en prison) et comprend que les brutalités policières disproportionnées et injustifiées ne sont pas une vue de l’esprit tordu des Noirs qui passent leur temps à se "victimiser" depuis les temps bénis de l’esclavage et de la colonisation ! C’est une réalité trop fréquente et bien visible de nos jours. Sauf pour ceux qui ferment leurs yeux et se bouchent le nez ! Il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir ni de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.
Ce n’est pas - heureusement - le cas du Directeur général de la Police nationale française, M. Frédéric Veaux, qui, à propos des trois policiers-tortionnaires de Michel Zecler, s’était déclaré « scandalisé » et avait dénoncé « des comportements de délinquants ». Pourquoi Gérard Darmanin n’a pas porté plainte contre lui ? Quelle différence entre les mots  « scandalisé » de Frédéric Veaux et « glaçant » d’Audrey Pulvar ?
Le coup de la plainte (contre Mme Pulvar) pour caresser les flics dans le sens du poil, restera certainement pour son auteur le flop (ministériel) mémorable de la décennie ! Il aura servi à une chose : créer un courant d'empathie pour Mme Pulvar. Et rien pour les policiers...

Noël N. N’GABISSIO
Professeur d’Economie et Journaliste
Directeur de Afrique Horizon Mag
Paris

 

Vous avez aimé cet article. Merci de nous aider à rémunérer nos rédacteurs en vous abonnant à : Afrique Horizon Mag.  7, rue de Fleurus à 95190 Goussainville             (Région parisienne) - Tél. +33 6 41 94 09 75 et fixe : +33 1 72 52 39 51

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :