Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Noël N. Ngabissio , Redac'Chef d'Afrique Horizon21 (Mediatop1)

Pamphlet

 

Quand Mélenchon vend la peau

de Macron avant de l’avoir tué...

Caractéristiques du personnage : colérique et sanguin. Susceptible. A la limite du caractériel. Il fait parfois dans l'hystérie totale, par exemple devant les policiers venus perquisitionner le siège de son parti au nom prédestiné de la "France Insoumise".

Etonnant parfois, comme personnage. Ex :  "La République, c'est moi" , déclame-t-il devant les policiers ahuris perquisitionnant le 16 octobre 2018chez lui, ce tribun du 19eme siècle, perdu en plein 21eme qui abreuve les foules depuis des années, de ses propos incendiaires. De ses envolées désespérément abracadabrantesques. Trop clivant pour être un démocrate.

Un visage de haine, de carnassier qui veut voir du sang couler, bien rouge, et mordre dans la chair. Il veut enfoncer ses griffes dans la chair. S'agit-il d'une posture ou cela fait-il partie de son ADN mental ?

Ce n’est plus l’arène politique, c’est carrément " scènes de chasse d’un tigre affamé dans la jungle ".

Mélenchon se considère comme un Poids Lourd de la politique. Alors plus c'est gros ce qu'il sort, plus il vocifère. La modestie, ce n'est pas dans son ADN.

Son rêve de toujours : présider la République. Rien de moins que cela. Mais plusieurs fois il a mordu la poussière aux présidentielles. Pour ce rêve éternel, il doit aujourd'hui se faire absolument « la peau de Macron ». Langage technique d'un prédateur-né, affamé, perdu et sans territoire.

L’homme transpire la haine dans tous ses discours, ses paroles, ses invectives. Mélenchon ne se console pas d’être arrivé en quatrième position au premier tour de la dernière présidentielle : très loin derrière Emmanuel Macron arrivé en tête avec 24,1 %, derrière Marine Le Pen (21,30) dont il pensait faire une bouchée, derrière François Fillon et ses casseroles vestimentaires et d'emplois fictifs (20,01 %). Mélenchon ne pesait que 19,58 % des voix des Français et il enrage !

A la dernière mandature socialiste, il a réussi à « tuer » Hollande, à lui " pourrir le mandat " (les mots sont de lui) en le traitant de « commandant de pédalo ». Voyez le niveau de mépris qu’il chérit contre les autres, traitant par exemple le Premier Ministre de Hollande, M. Bernard Cazeneuve, de bedeau du Capital. " Ce type ose la ramener avec son costume de bedeau du Capital. Oui le bedeau du Capital ... ". (Ah... les sorties de Jean-Luc !). Envie-t-il les costumes de Fillon à 6 500 euros/pièce  ? 

Lors des législatives de 2012,  Jean-Luc Mélenchon a posé sa candidature à Hénin-Beaumont, dans le grand Nord, pour battre à plates coutures, prophétisait, sûr de lui notre imprécateur national que la Belgique nous envie, tout fier et goguenard, Marine Le Pen. Lui montrer de quoi il est capable... Las, sous l'étiquette Front de Gauche, c'est Mélenchon qui ramassa une belle volée avec environ 20% des voix contre 42,36 % (plus du double) en faveur de son adversaire (ennemie préférée) frontiste d'Extrême Droite.

Alors, confus, mais avisé, il va alors, pour revenir au Palais Bourbon, déserter ce Nord hostile et ses Ch'tis pour l'extrême sud en 2017. Il ira ainsi chercher un mandat de député en 2017 à Marseille, dans une circonscription hautement gagnable contre un concurrent socialiste très handicapé par de lourdes casseroles. C'était bien plus sûr que d'affronter la Marine de Montretout ...

Toujours pour faire comme sa chère Marine Le Pen, il est poursuivi par ces audacieux et inqualifiables technocrates pourris de Bruxelles pour avoir probablement piqué dans les caisses de l'Union Européenne afin de payer ses salariés de la France Insoumise. SEs comptes électoraux semblent pas très transparents: Alors, il doit subir les perquisitions (sacrilège) de la part de la Justice inféodée par ce sacré Macron. La colère céleste s'abattra-t-elle sur cette Justice française qui ose notre Jean-Luc national ?

Personne ne trouve grâce à ses yeux..

Tous ses discours transpirent donc la haine, le mépris des autres. Rien, personne, de ses adversaires politiques, ne trouve grâce à ses yeux. Les diatribes contre tous et la Victoire avec grand V sera au bout. Un Aigri éternel qui appelle à la Résistance ... ! Contre quel Dictateur ?

La haine contre le Président élu en 2017, contre tous les présidents élus depuis 1995 puisqu’il n’a jamais supporté d’être battu à plates coutures par les votes des Français, à chaque présidentielle. Alors, il écume. Il ne lui reste plus que sa haine, innée, éternelle. Contre qui ?

Sa haine contre les bobos, la bourgeoisie, la bureaucratie, la démagogie, la Sarkozie, la philosophie, les capitalistes, les mentalistes, les communistes, les impérialistes, les populistes, les progressistes, les putschistes, les fascistes, les souverainistes, les sionistes, les sophistes, les autonomistes, les turfistes, les progressistes, les humanistes, les boulistes, les oligarques, les hiérarques, les monarques, les autocrates, les ploutocrates, les sots-crates, les physiocrates, les démocrates, les matraques (de ces policiers violents qui osent venir perquisitionner chez lui), les phallocrates, les patraques… Tous ces fêlés dont regorge notre malheureuse planète en voie de réchauffement avancé. Nicolas Hulot a bien fait de jeter l'éponge (dixit encore le sentencieux et célèbre homme d'Etat, J-L. Mélenchon). 

Au secours, priez pauvres pecheurs ! Avant que le châtiment céleste

ne s'abatte sur les perquisitionneurs de son domicile !

Son visage se fait sinistre. Il la mâchouille la haine, les mâchoires bien serrées. Il enrage contre le président élu par les Français en 2017. Il doit en faire des cauchemars la nuit contre ce M. Emmanuel Macron qui lui a raflé la présidentielle Il a perdu son challenge et son sommeil et ne se consolera jamais. Alors, il veut faire "la fête à Macron". C'est raté, ça ne prend pas. Personne hors son micro-parti ne le suit. Ah si on pouvait faire des élections présidentielles tous les mois !

Ah, j'oubliais : Il vient de confirmer qu'il est " contre " ces progressistes européens " regroupés autour d'Emmanuel Macron et contre la rencontre de Macron avec la chancelière Angela Merkel le 07 septembre à Marseille, son nouveau port d'attache... la nouvelle implantation de sa migration politique.

Alors, en attendant, Mélenchon continue pour sa part à entretenir des amitiés avec les tribuns réputés du monde entier. Il y a son pote Vladimir Poutine, le sauveur du boucher syrien Bachar El Assad, Il y a eu le commandante Hugo Chavéz, décédé en 2013, puis maintenant son successeur Nicolas Alejandro Maduro, le sous-dictateur-inflationniste-patraque du Vénézuela ! Entre grands tribuns... on se comprend toujours.

L'art du verbe et du verbiage et de la posture, il n'y a que cela de vrai en politique (politicienne). Les idées, les propositions, les programmes, Mélenchon n'en a cure. Très peu pour lui.

Rien sur la lutte contre le chômage (de masse) en France. Rien sur la relance de la croissance. Rien sur la réforme des institutions, sur les Relations sociales, la Sécurité en Europe, le terrorisme islamiste, la poussée et l'es conquêtes territoriales poutiniens en Ukraine, en Crimée ou son l'interventionnisme  arrogant en Syrie.

Rien sur l'Immigration, l'Aide au Dévelopement ou la Coopération avec l'Afrique, ancienne chasse gardée de la France depuis le 19eme siècle (traite des Noirs, colonisation, pillage des ressources et richesses minières, etc). Rien.

Jean-Luc se fait-il vieux... ?

S’il réussit à 67 ans (il est né le 19 août 1951) à démolir Macron (ce jeunot de 40 ans) comme il en est convaincu, il pourra espérer se présenter à nouveau et « gagner » peut-être en 2022 à 71 piges. Au-delà, il risque d'être trop vieux pour être élu Président de la République française et il aura raté la grande ambition de sa vie. 

Alors, il bout comme une marmite dans sa fureur de " bousiller " (le mot est de lui) la mandature de Macron, de lui empoisonner la vie jusqu’en 2022. Surtout empoisonner la vie de ces Français qui ne veulent jamais le placer en tête, au premier tour.

Quel dommage que cet esprit intelligent, doué comme tribun hors pair va passer le reste de ses jours à vociférer, hurler, vitupérer, vilipender, insulter, tempêter contre tous les présidents - de Chirac à Macron en passant par Sarkozy et Hollande, arrivés au sommet (de la France) avant lui.

En fait, à l'instar de Don Quichotte, il ferraille contre les moulins à vent, car Emmanuel Macron a décidé de l’ignorer et le laisser à ses fantasmagories. Mélenchon, le nouvel apôtre de la Haine ?

 

Noël NGABISSIO

Journaliste,

Directeur d'Afrique Horizon Magazine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article