Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mediatop1 Chroniques de Noël Ngabissio

Mediatop1 Chroniques de Noël Ngabissio

Noël NGABISSIO, journaliste indépendant, analyse et commente l'actualité politique et économique française, africaine et internationale

Partager cet article

Repost 0

Le syndicaliste Philippe Martinez a engagé un bras de fer pour abattre définitivement François Hollande et Manuel Valls au profit d'un PC moribond. Il fait son petit " Mai 68 " et sabote la croissance de l'économie française.

Chroniques de Noël N. Ngabissio (Mediatop1) —

Massacre de la Promenade des Anglais à Nice :

Les critiques politiciennes de Sarkozy de Nagy Bocsa

et de l' "Opportuniste" de service Laurent Wauquiez...

Donneur de leçons incurable devant l'Eternel, Nicolas Sarkozy de Nagy Bocsa, le dur des durs qui lave tout au Kärcher, a évidemment critiqué le gouvernement et le Président Hollande avec sa virulence grossière habituelle.
Cet éminent personnage en liège - qui ne plonge jamais faute de preuves - inculpé par la Justice depuis plusieurs années pour des affaires douteuses pour le moins, a comme toujours la mémoire très très courte. Notre cher homme providentiel français inoxydable que le monde entier nous envie a tout simplement oublié que sous son règne en mars 2012, Mohamed Merah, un petit djihadiste à scooter, a tué pendant une semaine entière jusqu'à sept personnes en France : trois militaires français et trois enfants juifs avec un parent d'élève d'une école juive... à Toulouse, sans être repéré ou inquiété.
Où était donc, durant cette semaine de massacre, celui qui s'est autoproclamé "Premier Flic de France" ?
Alors monsieur Sarkozy de Nagy Bocsa, bombez moins le torse ... devant la douleur des familles des victimes, s v p.

Et calmez un peu votre aboyeur de service, l'opportuniste proclamé Laurent Wauquiez...

Important : Vous trouverez des actus soigneusement décryptées et des analyses sans concessions sur l'actualité et la conjoncture économique africaines dans votre Magazine, économie et Business :

AFRIQUE HORIZON MAGAZINE

En version ON LINE sur le Web ou en version papier (kiosques).

Tapez simplement : afriquehorizon magazine

Article principal :

Quand le syndicat minoritaire CGT

entend faire la Loi en France...

Il est vraiment décidé, M. Philippe Martinez. Il faut le voir, deux mois après les grèves qu'il a lancées, haranguer ses troupes syndicales devant les micros - il se prend pour le Duce italien Mussolini ou quoi ?, ce leader maximo hexagonal autoproclamé - dit « Pépito » - qui a décidé d'engager seul comme un Grand, unilatéralement, le blocage social et économique, voire politique, de la France. D'organiser la chienlit dans notre beau pays puisque les choses commencent à aller un peu mieux, comme dit justement François Hollande.

L'homme, Philippe Martinez, veut absolument faire retirer le projet gouvernemental de Loi sur le Travail. Un projet que d'autres syndicats tels la CFDT qui compte plus d’adhérents (800 000) que la CGT (650 000) trouvent tout à fait favorable et profitable aux travailleurs. M. Martinez est plus que déterminé à le pulvériser (il exige le retrait pur et simple de la loi et rien d'autre...), ce projet de loi que le Gouvernement légitime de la France veut faire passer grâce à l'Article 49-3 de notre Constitution. Un article 49 dont l'usage - maintes fois utilisé avant le quinquennat de François Hollande - est légal, parfaitement légitime et surtout constitutionnel.

Mais il faut croire que M. Philippe Martinez n'en a que foutre de la Constitution française. Franchement il semble "radicalisé" à mort. Jusqu'auboutiste tel un djihadiste converti (il est à la tête du syndicat depuis moins de un an) nouvellement (par Daech) et de retour de Syrie, qui se respecte et se fout des conséquences de ses actes.

Personne ne comprend cet acharnement diabolique à saboter inutilement et bloquer l'économie française frappée par un chômage de masse généralisé, et ceci à quelques jours de l'Euro de Football en France, ni ce que veut vraiment ce Secrétaire général de la vieille centrale syndicale historique CGT (Confédération générale du Travail). Il vit en 1880 en pleine lutte des classes, celle qu'a théorisée Karl Marx ou dans l'Union soviétique des années 70-80 ?

En fait, il faut se rendre à l'évidence : son but c'est tout simplement politique : abattre notre société "capitaliste" au profit d'une société socialiste prolétaire trotskyste (style 1917 en Russie). Abattre les socio-démocrates au pouvoir en France : François Hollande et Manuel Valls. Les abattre coûte que coûte ce Gouvernement, cette gouvernance dirigée par le Premier ministre Manuel VALLS, " d'origine espagnole comme lui ", précision incongrue apportée par le dirigeant syndicaliste lui-même. Le combat de M. Martinez c'est cela. Un point, un trait. Il est sûr de le gagner. Le 15 juin 2016, il disait que la victoire est proche pour lui, car "le gouvernement est aux abois".

En attendant, il nous prend tous en otage. Il prend le peuple français en otage; il prend tous les citoyens en otages en manipulant grossièrement par des harangues et un activisme insensé digne de la dictature du prolétariat marxiste auprès des centaines de travailleurs déboussolés, chauffés à blanc et prêts à casser, auprès des professionnels de la violence d'extrême Gauche dressés à détruire la société capitaliste : d'où la destruction des hôpitaux (pour enfants) et des symboles du capitalisme... En attendant il pulvérise notre économie en nette reprise, nos hôpitaux, nos infrastructures et relance ainsi le chômage contre lequel le gouvernement lutte. Car la misère, le chômage en France arrange l'Extrême Gauche et favorise la lutte des classes et la dictature du prolétariat relancées par la CGT. Ses mercenaires de la violence, des professionnels de la guérilla urbaine rameuté par l'extrême Gauche et la CGT, vandalise tout sur leur passage. C'est cela les manifestations syndicales ? Non.

Le bras de fer engagé pour atteindre son but, casser François Hollande - qui "n'est pas assez à gauche " pour lui, pour l'Extrême Gauche et souffre de la maladie honteuse de "social-démocratie" - pour le plus grand profit, bien sûr, de ses amis d'Extrême Gauche, de Mélanchon ennemi juré de Hollande, candidat déclaré aux présidentielles d'avril 2017 et au bénéfice du Parti communiste dirigé par son ami Pierre Laurent, journaliste de métier, ancien directeur du journal communiste "L'Humanité" , un parti communiste en perte totale de vitesse dans le paysage politique. La victoire qui est le renversement pur et simple de François Hollande doit aboutir - Martinez en est persuadé - à la mort politique du Chef de l'Etat et de la Gauche réformiste de Hollande, Manuel Valls et Emmanuel Macron. Donc à la non-candidature de François Hollande en 2017. CQFD.

A entendre M. Philippe Martinez, ce combat tauromachique est en passe d'être gagné car le "gouvernement est aux abois" dit-il. Pour lui François Hollande, le Président élu pour 5 ans en mai 2012 par 53% des Français, sera axphycié et cédera pour que le cher leader de la CGT lui plante les banderilles ! Ollé ! Arriba ...

Magnifique programme qui ne nous intéresse pas.

Après avoir " tué " Hollande, que va faire P. Martinez, l'homme qui fait désormais la Loi en France ?

Mais, Bon Dieu, qui a élu Martinez comme Chef d'Etat de l'Hexagone pour qu'il s'acharne à bloquer notre pays, à casser soigneusement l'amorce de croissance qui apparaît cette année et à faire repartir le chômage qui commence à baisser ? Pourquoi ce travail de sape ? Pour la défense des travailleurs avec grand T. Quels travailleurs ? Uniquement ceux qui sont au chaud dans un poste de travail ou également ceux qui sont en dehors du cercle, les chômeurs ? La protection des travailleurs au chômage, c'est leur permettre d'accéder au boulot par des mesures de flexibilité, d'incitation pour les employeurs et les chefs d'entreprise des PME !

M. Martinez n'est pas propriétaire de la France pour la bloquer à son aise en manipulant des travailleurs fragilisés par la crise et abusés. Il a le culot de "mettre le feu" et l'entretenir lui-même en jetant devant les caméras, des pneus dans des foyers-brasiers allumés par les bloqueurs.

INTERDIRE TOUTES LES MANIFESTATIONS DE LA CGT

DURANT L'ETAT D'URGENCE

Nous devons tous porter plainte contre ce fou de Philippe Martinez pour entraves à la liberté de circulation des citoyens, à la liberté de travailler, etc… Le gouvernement doit être ferme et INTERDIRE TOUTES LES MANIFESTATIONS DE LA CGT, car elles mettent en danger la vie de nombreux Français, particulièrement les policiers visés par les milliers de casseurs extrêmement violents recrutés par le CGT pour détruire le pays et terroriser les foules, les Français et affoler le Gouvernement. Nous sommes en état d'urgence. Mais la CGT et M. Martinez s'en foutent royalement. Ils ne sont solidaires de rien, même pas des victimes des récentes inondations en France. Il faut interdire totalement ces manifestations destructrices de la CGT dans toute la France pendant l'état d'urgence actuel. Tous les Français le comprendront. Ces manifestations politiques ne servent )à rien. Juste à casser et c'est cela que vise M. Martinez et sa cohorte de casseurs.

Au fait quel est le salaire du secrétaire général de la CGT ?

Soyons rassurés : Philippe Martinez ne meurt pas de faim comme un vulgaire chômeur-Rmiste qui commençait à espérer avec la reprise de la croissance - faible il est vrai - en France et en Europe. La France a signé ces derniers temps de très grands contrats industriels paquebots à construire, bateaux de croisière (4000 emplois nouveaux), aéronautiques (2000 emplois), etc pour plusieurs millions, et surtout avec des nombreuses embauches en vue. Grâce à la "confiance" et l’image excellente que notre pays inspire sur le plan international.

Alors il s'agit de "casser" à nouveau cette confiance ? On est en droit de se demander si ce travail de sape est vraiment la meilleure façon pour un syndicat qui se veut populaire, de lutter contre le chômage de masse qui gangrène notre pays ?

Sans doute, M. Martinez veut justifier auprès de ses adhérents son salaire de Smic x 15 avec logement, nourriture et véhicule avec chauffeur et essence fournis par la CGT.

Aujourd'hui c'est M. Martinez, patron de la CGT qui fait la Loi en France gràce à son syndicat qui représente difficilement 10 % des travailleurs syndiqués et non syndiqués de notre pays. La "nouvelle constitution" de Mai 2016 : est que M. Martinez s'est arrogé la charge Suprême de faire la Loi en France. Rien à foutre de la Constitution de la 5eme République pourtant en vigueur ni de son article 49-3. Rien à foutre du Parlement bicaméral (Assemblée Nationale et Sénat) qui est déjà saisi de la Loi sur le Travail.

Rien à foutre. C'est Martinez qui décide pour ce pays. Gracias !

Depuis deux mois en effet, ce petit homme ambitieux est persuadé qu'il peut se faire un nom en humiliant le Président de la République et le Gouvernement français dont la ministre El Khomry en les poussant à la reculade honteuse et surtout se faire en même temps la peau du cher ennemi François Hollande qui est vomi et honni par l'Extrême Gauche, par Mélanchon et son acolyte Pierre Laurent, Chef d'un vieux parti qui coiffe la CGT, ou du moins ce qui en reste (aujourd'hui le PC représente dificilement 3% des voix en France !
Tout le monde a compris, c'est l'épreuve de force finale entre un syndicat très minoritaire allié à un parti communiste moribond contre le gouvernement français légitime. Il s'agit aussi d'un combat personnel entre deux personnalités politiques françaises issues de l'immigration espagnole... !

La France a-t-elle vraiment besoin de ce combat à mort entre deux fils d' " immigrés " du pays de Don Quichotte (précision apportée par M. Martinez lui-même) qui se détestent aussi copieusement ? En ce moment de légère reprise économique et de recul amorcé du chômage sur deux mois consécutifs.

Editorial de Noël NGABISSIO

Journaliste français indépendant.

A lire après cet article :

1 - Affaire AUGIER qui se dit brutalisé par des Policiers français : Et quand les "dépositaires de l'Autorité publique " exercent des violences graves sur les citoyens généralement issus des communautés visibles, que fait la Justice ? Le Silence total. L'Omerta. Comme toujours... depuis toujours.

De nombreuses victimes de la minorité de policiers délinquants et Amnesty international l'ont expérimenté. La preuve : il n'y aura certainement pas de suite à la plainte de Serge Augier contre les policiers français qui l'ont brutalisé. Ce sera " classé sans suite ". Vous pariez combien ?

2 - Nicolas Sarkozy se trompe de jugement encore une fois.

Il n'est plus assez lucide ou quoi, notre éternel candidat au retour à l'Elysée ?
Pour caresser les policiers dans le sens du poil, comme toujours à son habitude (des policiers dont il voulait faire bénéficier de la fameuse présomption d'innocence retoquée par le Conseil d'Etat), il a déclaré pompeusement que le Commandant-adjoint de Police Jean-Baptiste et son épouse Jessica assassinés le 13 juin 2016 à 20 h à Magnanville dans le département des Yvelines, près de Paris, l'ont été uniquement parce qu'ils appartenaient au Corps de la Police nationale. La Police nationale selon Nicolas Sarkozy serait donc la vraie et unique cible...des djihadistes et autres islamistes qui sèment la mort en France.
Thèse plutôt étonnante après les tueries abominables du Bataclan où les personnes visées étaient avant tout des centaines de civils se divertissant en boîte de nuit ! Alors que tout le monde sait que les djihadistes visent le crime qui est le plus "médiatique" pour eux et leur combat mortifère visant à nous empêcher de vivre, à pulvériser l'Etat français tout simplement.
La Police française elle-même et les enquêteurs chargés du dossier considèrent que le couple tué le 13 juin dernier par un djihadiste connu - qui avait déjà fait 3 ans de prison ferme pour terrorisme et était suivi depuis - n'a pas été pris pour cible parce que c'étaient des policiers. Le djihadiste Larosi Abballa a ciblé tout simplement un passant dans la rue qui se dirigeait vers un portail de pavillon, entre 20 et 20 h 30. Il a donné plusieurs coups de couteaux dans la rue à cette personne habillée en civil - qui s'est trouvée être un policier d'active de 42 ans. Puis il s'est introduit dans la maison où voulait entrer sa victime qui gisait sur le trottoir et là il a dû constater qu'il venait de poignarder un policier. Il a ensuite tué la femme qui s'y trouvait, toujours par arme blanche et laissé la vie sauve à leur enfant de 3 ans qu'on a retrouvé dans la maison, traumatisé. Il s'est ensuite barricadé dans la maison et téléphoné en se vantant à la Police pour annoncer triomphalement avoir poignardé un policier, une cible très "médiatique" donc... pour ces tueurs et qu'il s'attendait ferme sur place à un assaut des Flics qu'il ne craignait pas, selon lui-même.
S'est-il attaqué à sa victime parce qu'il savait pertinemment avoir affaire à un policier ? Rien n'est confirmé. La Justice le dira bientôt. Pour l'instant, le djihadiste a déclaré qu'il voulait s'en prendre à des " mécréants, chez eux, en famille". C'était clair dans sa tête de criminel et il a tout filmé pour nous montrer. Ce tueur froid se savait sur écoutes policières mais il a pu contourner habilement ces écoutes téléphoniques par des méthodes connus des seuls grands délinquants. Un certain faux-Paul Bismuth connaît bien ces méthodes... n'est-ce pas ! Et les utilise pour échapper à des enquêtes.
Les 130 victimes fauchées au Bataclan et à la Place de la République à Paris n'étaient pas des policiers. Mais des citoyens Français et étrangers sur lesquels les djihadistes ont tiré des rafales de balles. Et ils sont morts sans raison.
Il ne faut pas induire les Français en erreur et leur faire faire des amalgames. Le problème du terrorisme qui sévit en France, en Belgique, en Europe ou aux USA où il a fait 49 morts avant-hier samedi 12 juin 2016, en Occident dans son ensemble, est très grave. Il s'agit de "créer un désordre mondial", qu'ils disent et leur haine est sans limites. La question de cette guerre déclarée par des ombres invisibles ne sera pas résolue en "surprotégeant particulièrement les policiers de France "parce qu'ils sont des policiers". Ou quelques personnalités politiques et vedettes de cinéma ou du sport à cause de leur qualité et leur position sociale "très médiatique", donc profitable, pour les djihadistes de tous bords. Il s'agit d'abattre l'Etat en France et faire éclater le pays.
On comprend et on respecte profondément la douleur d'un Grand Corps d'état comme la Police nationale particulièrement affecté par ce double crime où deux des siens sont assassinés aussi sauvagement et sans raison. Sa famille, ses camarades de travail et amis doivent être assurés de toute notre solidarité attristée. Mais il reste que la mort d'un policier est douloureuse, triste et inacceptable comme celle de n'importe quel citoyen Français ou étranger tué dans notre pays. Pourquoi chercher à opposer les morts ?
Une fois pour toutes, il faut se le mettre en tête : notre pays est en guerre contre les islamistes et des djihadistes tueurs déterminés. Tous les Français sont des cibles potentielles : policiers, militaires, fonctionnaires ou ministres, Blancs européens, Noirs, Juifs, Maghrébins, Arabes, Roms, etc. Il faut tous les surprotéger aujourd'hui. N'importe qui, dans la rue, chez lui ou dans un bus, un bistrot ou un stade de foot est une cible potentielle. Et pas seulement une catégorie de citoyens qui détiennent des fonctions administratives ou officielles, celles qui représentent l'Autorité (de l'Etat) comme les policiers en en uniforme visible, les militaires ou les pompiers. Dire le contraire, c'est des balivernes. Nous devons tous être solidaires de toutes les victimes des djihadistes en France, policiers ou simples Français et les étrangers. L'attaque peut venir de partout, à tout moment, et sur n'importe qui. Toute mort est douloureuse et inacceptable.
Un homme politique qui a gouverné la France, 10 ans comme ministre puis Président de la République durant cinq ans, comme Nicolas Sarkozy, devrait tout de même le savoir. Et s'obliger à une certaine réserve éthique. La morale, ça existe en politique. Il faut faire attention aux proclamations solennelles débitées quotidiennement sur les écrans de TV et devant les micros des radios... Ce n'est parce qu'on s'est autoproclamé "Premier Flic de France" en 2005 comme ministre de l'Intérieur qu'il faut aujourd'hui faire absolument du Donald Trump à tout bout de champ, dans le seul but de revenir au Palais de l'Elysée.

Il faut arrêter le délire... messieurs.

Noël NGABISSIO

Journaliste français indépendant.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article