Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mediatop1 Chroniques de Noël Ngabissio

Mediatop1 Chroniques de Noël Ngabissio

Noël NGABISSIO, journaliste indépendant, analyse et commente l'actualité politique et économique française, africaine et internationale

Partager cet article

Repost 0

La vraie garde à vue du faux Paul Bismuth, le faux nom du vrai Sarkozy Nicolas, l'homme de l'éternel retour au pouvoir.

Chroniques de Noël N. Ngabissio (Mediatop1) — Politique
L'ancien Président de la République Nicolas Sarkozy a passé 18 heures en garde à vue le lundi 1er juillet 2014 à Paris pour une affaire jugée grave de "corruption active" et de "trafic d'influence actif" présumés d'un juge à la Cour de Cassation (Gilbert Azibert), la plus haute juridiction judiciaire française. Sarkozy a pu ainsi goûter aux délices cachées d'une cellule de GAV (Garde à Vue). Mais il n'a pas souffert car, dit-il, sa garde à vue ayant été très soft, très light. Beaucoup moins traumatisante en tout cas que celle de DSK à New York... Alors de quoi se plaint-il ?
Du temps de sa splendeur, Sarkozy conditionnait et excitait les policiers à multiplier les gardes à vue des citoyens pour démontrer l'efficacité de la répression implacable dont il était le chantre.

Voilà un quidam qui fut un turbulent et frénétique ministre de l'Intérieur en 2005 et qui s'est alors fièrement illustré comme idéologue notoire d'une répression aveugle, implacable en France, une répression frénétique, fanatique, du type glorifié par l'ancien maire juif orthodoxe de New York, Michael Bloomberg, atteint de la paranoïa sécuritariste après les attentats de 2001, intégriste des thèses bibliques du genre la Loi du talion : " oeil pour oeil, dent pour dent ". Avec en prime l'idéologie de la Tolérance Zéro. Sarkozy s'en est copieusement inspiré et vouait aux gémonies les juges français taxés de " laxistes " parce qu'ils s'opposaient pas, par exemple, aux projets de lois sarkozystes visant à retirer la nationalité française à des bi-nationaux qui commettent des crimes en France.

Alors, faute d'obtenir par la Loi la " présomption de légitime défense " automatique pour les policiers qu'il caressait en permanence dans le sens du poil (cela signifie que si des policiers vous agressent sans raison ou vous tabassent, ils sont automatiquement en légitime défense ! Un vrai droit de tuer, dixit Claude Guéant son ami et son ministre de l'Intérieur), Nicolas Sarkozy a demandé officiellement aux fonctionnaires de Police de multiplier de manière exponentielle les contrôles (souvent au faciès), les interpellations (souvent violentes, voire très violentes, dont quelques-unes se sont terminées par de décès, oui !) et les mises systématiques en garde à vue (pour faire peur, pour terroriser) de citoyens, histoire de démontrer par l'absurde l'efficacité des forces de Police dans le travail de répression par des chiffres n'ayant aucun sens). Les choses ont encore empiré quand il est devenu Président de la République en 2007, avec l'aide de ses amis, de véritables Pieds Nickelés maladroits et incompétents que sont Brice Hortefeux et autre Claude Guéant. C'était la politique policière du Chiffre, dite de la "bâtonite" : plus un policier faisait d'interpellations et jetait des citoyens en garde à vue systématique (GAV) - donc faisait du chiffre - plus il était considéré comme un excellent élément, motivé, résilient et sans pitié, donc efficace. CQFD.

Ainsi les policiers zélés (la plupart syndiqués à Droite comme la grande majorité des policiers français d'ailleurs et c'est leur droit démocratique ...) étaient récompensés soit par un coup de pouce dans leur carrière, soit par des primes, des voyages... Alors pour remplir leurs quotas minima hebdomadaires de gardes à vue et d'interpellations, beaucoup de ces policiers zélés n'hésitaient pas à jeter précisément en garde à vue et sans la moindre raison légale, les individus (pour une raison ou une autre : un regard de travers ou une manifestation de lassitude d'être contrôlé pour la cinquième fois dans la même journée) qui ne leur plaisaient pas. Surtout ceux que personne ne défend comme les Bougnoules, les Nègres et les Roms vivant en France.

Journaliste de métier, j'ai été personnellement témoin à Cergy (95) d'arrestations violentes et de brutalités inexplicables de ce genre suivies de mises en garde à vue expéditives pour 24 ou 48 heures de pauvres citoyens d'origine maghrébine ou à peau noire généralement pour avoir oublié les papiers de voiture (non-présentation de carte grise) alors que la Loi ou le Code de la Route ne prévoient absolument pas une GAV pour cela...

Oui, les choses ont bien changé, heureusement, depuis l'arrivée du Président Hollande à l'Elysée en mai 2012, de Manuel Valls à Beauvau et de Christiane Taubira, Place Vendôme (Ministère de la Justice). Certains policiers zélés de Cergy ont été mutés à Guéret : ils se reconnaîtront, n'est-ce pas M. Yannick Sellier ...

On aurait préféré un boom économique plutôt qu'une politique sécuritaire ultra-droitière assumée, menée dans la paranoïa totale par cet éminent ministre de l'Intérieur qui devint Président de la République et qui voulait tout nettoyer au Kärcher, dans un climat de Tolérance zéro, c'est-à-dire de terreur sociale. Une politique qui se se réduisait à ceci : plus il y avait des gardes à vue, plus la France était en Sécurité... Une idéologie véritablement totalitaire, un penchant et des notions carrément intégristes de la sécurité, complétées par la fabrication des dizaines de fichiers sur les Français. Sarkozy est grand amateur passionné de fichiers sur les gens.

Les autres gens. Pas sur lui-même ou sur ses proches.

Les Gardes à vue aussi, c'était pour les autres... Pas pour Sarkozy lui-même, sa famille ou son petit clan : Copé, Hortefeux, Guéant, etc. Ces deux derniers y ont déjà goûté. Ils sont servis. Restait le patron lui-même : c'est fait maintenant. Nicolas Sarkozy a goûté aux délices secrets de la garde à vue qui n'est pas faite pour les chiens uniquement.

Mais qui nous dira si c'est le faux Paul Bismuth ou le vrai Sarkozy Nicolas qui a été placé en garde à vue ?

Selon la version consacrée que l'ancien président a servi aux gogos habituels et à ses adorateurs naïfs (qu'il manipule avec une habileté diabolique) à la la Télé (chaîne TF1) mercredi 02 juillet 2014, Nicolas Sarkozy (comme toujours totalement innocent, blanc, de tout ce dont il est accusé), est une fois de plus victime de cette cabale diabolique formée par les Socialistes (le Président François Hollande en tête, M. Valls, Premier Ministre et bien entendu la bête noire de la Droite copéenne décomplexée... Mme Christiane Taubira, Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, la Noire de Guyane), bref ces gouvernants totalitaires actuels de la France associés à des juges rouges (la Stasi, la Gestapo, et on en passe !) qui oeuvrent tous, et en permanence pour l'élimination politique du grand Homme providentiel que le monde entier nous envie : Nicolas Sarkozy.

Mais Sarkozy ne succombera pas sous les coups tordus d'une cohorte méprisable socialo-communiste-judiciaire maffieuse (l'arrogance est son fort : ce qui signifie chez ses fans omnibulés " l'Autorité naturelle ").

Puisque Sarkozy est par nature innocent de tout, irresponsable (comprenons-le bien) de toutes ces huit affaires et casseroles qu'il traîne, du probable financement libyen de Khadaffi de sa campagne de 2007 à l'affaire Bygmalion, il ne flanchera pas devant la horde haineuse au pouvoir qui le poursuit et le course comme un vulgaire lapin.

Alleluyah, le Messie de Neuilly nous revient bientôt en octobre 2014 à la tête de l'Ump, pour sauver la France, voire sauver le Monde. Alleluyah. Voyez comment va le monde depuis que Sarkozy est à la trappe ? La Communauté internationale peut-elle se passer cinq ans de Sarkozy ?

L'ancien Président est le seul homme au monde qui traîne comme son homologue italien Berlusconi, une bonne dizaine d'affaires depuis 2007 mais qui n'est responsable de rien du tout. Il patauge dans le déni perpétuel, le mensonge permanent. Certain qu'aucun juge en France ne dégotera jamais la moindre preuve contre lui. Ex-Premier Flic de France, il connaît en professionnel toutes les ficelles et tous les tuyaux pour faire disparaître, disperser et enrayer toutes les preuves comme tous les policiers professionnels. Ce n'est pas un enfant de coeur, voyons. Les preuves contre lui, que ce soit sur le probable financement libyen (Kadhaffi a été tué...) ou sur l'affaire Bygmalion, il n'y en aura jamais.... jamais de preuves. Sarkozy est une homme qui dit la VERITE, insiste-t-il. La preuve : seul Paul Bismuth qui croit brouiller les pistes et gruger les policiers chargés des enquêtes sur lui avec un faux téléphone, est un menteur tordu...

Sa harpie Nadine Morano qui ne rate jamais une occasion de sortir des bêtises à la télé ou sur Twitter, cette folle du Roi Sarko 1er à qui elle doit son semblant de carrière politique, peut nous le jurer. Il n' y a rien dans tous les dossiers judiciaires concernant l'ancien président placé en garde à vue, des dossiers Mme Morano n'a évidemment jamais vus ni lus.Elle est comme ça, Morano : moins elle en sait, plus elle éructe fort. Donc il n y aura jamais rien dans ces dossiers judiciaires. Sarkozy n'est pas né de la dernière pluie (on s'en serait douté) pour semer des preuves tout au long du chemin de ses méandres financiers ou politiques.

Avant de quitter la Présidence, il est évident que Sarkozy a renforcé ses solides réseaux qu'il a bâtis au sein de la Police nationale, de la Justice, du monde politique, du monde des Affaires, etc, (beaucoup de personnes lui doivent leurs carrières ou leurs promotions dans toutes les structures de la République) et ces gens-là lui sont suffisamment reconnaissants pour déblayer le chemin des affaires judiciaires sorkozyennes. Comment croyez-vous qu'il a été immédiatement informé quand il a été mis sur écoutes et qu'il a cherché à brouiller les pistes avec des faux numéros de téléphone achetés en Belgique sous la fausse identité Paul Bismuth ?

La Vérite de Sarkozy, c'est ce brouillage des pistes et ses cellules secrètes qui s'activent pour éloigner les " dangers" judiciaires de leur vedette... On peut être sûrs qu'avec ses réseaux et ses cellules secrètes, jamais la Justice normale de France ne trouvera le moindre commencement de preuve contre Nicolas Sarkozy...

C'est compris une bonne fois pour toutes ?

Pas la moindre trace d'un compte alimenté par Moamar Kadhaffi. Demandez à M. Claude Guéant, habitué à recevoir des virements de Kuala Lumpur. Pas une carcasse de valise (d'argent) transportée depuis la Libye par un quelconque porteur de valises bourrées provenant d'Afrique (malgré de nombreux voyages de personnalités du sérail et des amis de Sarkozy en Libye entre 2006 et 2008). Tout ce qu'il y a dans ces dossiers de Justice, c'est de la " mauvaise plaisanterie ", nous assure M. Sarkozy. Et le petit peuple n'y verra que du feu... et applaudira toujours l'Homme Providentiel, d'une honnêteté d'Ange, doué d'une Autorité divine, qui est Nicolas Sarkozy.

Alleluyah ! Alleluyah ! Longue vie au Grand Homme,vénéré par la "Droite forte". Comme on dit en Libye.

Dans cet immense espoir et bonheur pour la France en 2017, il m'a semblé pourtant que cet " Homme qui ne renonce jamais " dit-il en toute modestie (à quoi ?) était blessé à sa sortie de la première garde à vue imposée à un ancien Président de la République française, le mardi 01 juillet 2014. Scandalisé d'avoir été placé en garde à vue comme un vulgaire Français normal, comme un vulgaire DSK à New York, comme des millions de citoyens français avant lui...sous son règne. C'est étonnant. Pour 18 heures seulement de garde à vue, Sarkozy bouillait comme un vieux moteur à vapeur et éructait de colère à la Télé (TF1). Si Sarkozy est bien amateur de garde à vue, c'est pour les autres, voyons. Pas pour lui...

Pourtant, beaucoup de Français ne boudent pas leur plaisir de voir que Monsieur Sarkozy Nicolas, le sécuritaire, a pu enfin goûter aux joies incontestées, aux délices et aux charmes secrets de la garde à vue. La sienne était d'ailleurs très correcte, c'est-à-dire soft, ligt (légère), dit-il. Il n'a pas eu droit à une cellule puant la merde humaine, n'a pas été brutalement réveillé à minuit puis amené manu militari pour la séance de photos destinées aux multiples fichiers sarkozystes, avec un panneau numéroté suspendu au cou, pas non plus de prises de toutes les empreintes digitales des pieds et des tous les doigts et paumes des deux mains, ni le déshabillage presque intégral en enlevant les chaussures et lacets, avec fouille dans l'anus... La plupart des quidams Français normaux qui ont été jetés en gardes à vue par des flics conditionnés-Sarko ont toujours eu droit eux, au service total. Avec en prime comme par hasard le visage tuméfié, du sang qui coule du nez et l'oeil au beurre noir, dûs sans doute aux chutes dans les escaliers des commissariats.

A la Télé, M. Sarkozy s'est contenté de se victimiser comme à l'accoutumée, victime innocente du système politico-judiciaire totalitaire au pouvoir en France.

Il n'a apporté aucune explication sur le fond de ou des affaires très graves que sont la corruption active, le trafic d'influence actif qui lui ont valu la mise en examen (autrefois appelée inculpation)... Ce que les Français attendaient d'un ancien Président que la Justice a cru devoir interroger dans le statu de gardé à vue de manière à ce qu'il ne puisse pas communiquer avec ses complices éventuels) eux aussi placés en garde à vue (un grand magistrat de la Cour de Cassation française, Gilbert Azibert) et un ténor du barreau, son avocat Maître Thierry Herzog.

Au lieu de cela, on a eu droit d'abord à des fanfaronnades et arrogances habituelles de Superman Sarkozy, l'homme qui ne " renonce jamais ", etc, puis à des jérémiades d'une victime poursuivie par la méchante maffia socialiste (la Stasi ou le Goulak) dirigée par le Président François Hollande (qui a déjà bel et bien battu l'Homme providentiel aux élections présidentielles de mai 2012) et Christiane Taubira, la Garde des Sceaux dont le tort est évidemment d'être ministre de la Justice au moment où Sarkozy est mis légalement sur écoutes par la Justice française et souvent convoqué chez les juges. Et puis il y a les "Deux Dames " , les deux juges qui lui en veulent simplement parce qu'elles sont syndiquées à Gauche et l'ont mis en examen, etc. N'oublions pas Takiedinne, le grand ami de piscine de Jean-François Copé, l'intermédiaire sulfureux des Vedettes du Pakistan (corruption et rétro-commissions en cause) et des relations avec Tripoli qui prétend avoir les preuves d'un financement libyen de la campagne 2007 de Sarkozy.

Bref les mêmes niaiseries ressassées depuis quatre ans, à chaque fois que les affaires soigneusement dissimulées sous le mandat Sarkozy (une cellule avait été spécialement créée dans ce but) sont ressorties par la Justice française.

Sarko surjoue la stratégie de Berlusconi en Italie (les Juges sont des ennemis... qui veulent le faire tomber), stratégie qui a conduit où on sait.

Que les gogos continuent à croire aux balivernes de la soit disante victime... Alain Juppé et François Fillon n'y croient plus. Ils ont bien bien analysé les affaires Bigmalion. Eux.

La page Sarkozy (démocratiquement battu en 2012 par " l'inconsistant et sans autorité " François Hollande) est bel et bien tournée...

L'homme se ringardise, se giscardise, se berlusconise inéluctablement, de jour en jour. Il se démène pour revenir à l'Elysée et mettre un couvercle, une omerta, sur ses turpitudes et ses affaires. Il ne suffit pas de vouloir revenir pour gagner les présidentielles en 2017. Ce qui est sûr, c'est que le retour du Messie de Neuilly va tourner en eau de boudin car Sarkozy Nicolas se fera à nouveau étaler comme en 2012 (si les affaires lui laissent la possibilité de se présenter aux présidentielles de 2017). Dans un sondage réalisé au lendemain de son plaidoyer prodomo le 02 juillet à la Télé, 63% des Français lui ont clairement répondu : ils ne veulent plus de lui à la tête de la France. N'en déplaise à quelques menus fretins, aboyeurs professionnels et flatteurs de la " Droite dite forte ", un groupuscule réactionnaire, plus ou moins de tendance néo-facho de l'Ump qui a organisé la fête dite de la Violette le 05 juillet dernier, groupuscule animé par deux petits ambitieux grassement payés pour leurs " services ", Guillaume Peltier et Geoffroy Didier (payé 8 500 euros mensuels par l'Ump pour servir de... collaborateur à Brice Hortefeux, ami de 40 ans du Dieu-vivant-reincarné à Neuilly) et qui vouent une véritable vénération sonnante et trébuchante (y a rien de désintéressé dans la vie) à Sarkozy dans l'espoir de continuer à profiter de l'aura et des subsides du grand homme et surtout, pour faire une petite carrière politique dans son ombre et ramasser les miettes qu'il va jette à ses adorateurs en récompense.

Toute cette petite cuisine mitonnée par l'éminent Jean-François Copé, (ex-Président du parti sarkozyen Ump, dont on se demande s'il n'est pas un flambeur irresponsable, un piètre gestionnaire ou tout simplement un escroc malhabile : au choix) du temps de sa splendeur où il dirigeait en commandant en chef sa croisade d'insultes et de dénigrement ultra-droitière contre le Président de la République François Hollande et Christiane Taubira la ministre d'une Justice française qui ose poursuivre les affaires de Sarkozy, - ministre dont il exigeait chaque jour la démission -, tout en menant un train de vie de cheik arabe de pays pétrolier pour lui (et son épouse : 24 000 euros de billets d'avion payés par l'Ump, hôtels 7 Etoiles, etc) à la tête d'un parti politique totalement miné par des dettes laxistes (plus de 74 millions d'euros) alors que l'Etat français finance ce parti pour 21 millions d'euros chaque année avec l'argent de nos impôts. Copé, son petit monde et ses micmacs et turpitudes sont aujourd'hui découverts.

Noël N'GABISSIO, journaliste

Lisez mes chroniques dans Mediatop1 et réagissez en me contactant...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article