Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 Mediatop1 Chroniques de Noël Ngabissio

Mediatop1 Chroniques de Noël Ngabissio

Noël NGABISSIO, journaliste indépendant, analyse et commente l'actualité politique et économique française, africaine et internationale

Partager cet article

Repost 0

Copé voulait la peau de Taubira, mais c'est Copé qui fut débarqué de la tête de l'Ump pour fraude avérée

Chroniques de Noël N. Ngabissio (Mediatop1) —

Incroyable. Voilà un an que nous n'avons pas entendu Jean-François Copé, à travers ses diatribes et anathèmes (fatwas) intégristes d'homme colérique, vilipender et demander haut et fort la démission de Christiane Taubira, la ministre française (d'origine guyanaise et Noire) de la Justice, coupable à ses yeux d'avoir probablement été informée de la mise sur écoutes par la Justice française, du dénommé Sarkozy Nicolas pour une instruction portant sur un probable financement par Moamar Kadhafi le Guide libyen, de la campagne électorale de celui-ci en 2007.

Heureusement Copé n'a pas encore demandé la guillotine pour Taubira.

Peut-être bientôt ?

Voici en effet plusieurs mois qu'on n'entend plus M. Copé vociférer pour exiger la démission immédiate de Christiane Taubira (bien sûr), mais aussi du Premier Ministre de la France, de tout le Gouvernement de Gauche et surtout de son plus grand ennemi, l'ennemi de la Finance, l'ennemi Numéro 1 de M. Copé qui est le Président de la République Française François Hollande, soi-même, coupable d'avoir dégommé l'indégommable Nicolas Sarkozy, le phénix de la France, l'Homme à qui tout a réussi, l'Homme qui a tout réussit sur cette planète terre, sauf de se faire réélire après seulement cinq ans de bail à l'Elysée. Le plus court mandat de tous les Présidents de la 5eme République, depuis 1959.

On le sait, Copé ne pardonnera jamais ce péché capital à Hollande, ce "crime" de lèse-majesté de François Hollande et il passera sa vie entière à le critiquer, lui cracher son mépris et son venin, l'insulter, l'injurier, le vilipender, à ruminer pour l'éternité l'échec de " son " Sarkozy, sans fin jusqu'à sa mort.

" Souka se liwa ", disent les Congolais.

On comprend cette haine de M. Copé pour Hollande. Cet homme sorti du néant a été nommé Secrétaire général de l'Ump par Nicolas Sarkozy en 2011. C'est donc une pure créature de Sarkozy qui entendait ainsi continuer à " régner " sur l'UMP à travers un homme-lige Jean-François Copé. Hélas...

Copé, un homme à casseroles.

Hélas, Copé est un sac à problèmes. Pour son parti c'est une vraie cata.

Après l'interminable feuilleton de la fraude électorale de 2013 dont il a été l'auteur pour accéder à la tête de son parti en éliminant l'ancien Premier Ministre de Sarkozy appelé François Fillon, voilà que des rumeurs persistantes l'accablent de détournement de l'argent de son parti Ump. Voici que lui tombe dessus des rumeurs persistantes et graves de détournements de fonds dans l'affaire des surfacturations à l'UMP via une société-écran Bygmalion appartenant à ses amis et anciens collaborateurs et pr^te-noms, pour probablement soit dissimuler des frais excessifs de la dernière campagne électorale présidentielle de Sarkozy en 2012 soit amasser un trésor de guerre pour sa future campagne électorale présidentielle de 2017 s'il arrive à se débarrasser de François Fillon et Alain Juppé, ses concurrents les plus à même de l'emporter contre Sarkozy s'il revient en politique et contre Copé lui-même qui se présenterait à la place de son Khalife Sarkozy.

M. Copé est donc accusé de pratiquer des méthodes de voyou.

Malgré un embarras certain, Il fait croire que cela ne l'embête guère puisqu'il est " décomplexé ". Alors que son parti bénéficie de l'argent public et de l'argent du Sarkothon (12 millions d'euros) versés par des Français (dupes) pour sauver un parti auto-suicidaire.

Jean-François Copé n'est plus crédible du tout.

C'est un fraudeur avéré et un irresponsable.

Malgré son tempérament de colérique permanent, proche de celui d'un certain Georges Marchais, secrétaire général du parti Communiste dans les années 1970-80 qui se fendait d'un " c'est un scandale " à chaque petit événement politique...

Parvenu à la présidence de l'Ump par des méthodes totalement frauduleuses avérées et continuant par l'établissement de fausses factures à " piller " son parti (pour ne pas dire plus), il ne démissionne pas. Il est pourtant le spécialiste, l'expert pour démissionner les autres, mais lui, s'accrochait à sa fausse présidence de l'Ump). Il fallait donc le débarquer de force...

C'est Copé qu'il fallait présenter à la Justice. Ainsi il aurait pu continuer ses diatribes et anathèmes intégristes contre Christiane Taubira. Elle n'a pas commandé les écoutes sur Sarkozy. C'est la Justice française, libre, qui l'a décidé. Librement.

Tant pis pour M.Sarko : il n'est ni le premier, ni le dernier, ni le seul a être écouté pour les besoins des enquêtes de Justice. Certes il ne peut plus intervenir sur la marche de la Justice française avec ses " procureurs-Sarkozy " à Neuilly et ailleurs et ses "sous-marins " dans les diverses juridictions qui avaient pour mission " d'éloigner " les soupçons et autres menaces et indices qui pouvaient le mettre en cause dans de nombreuses affaires dont celles de Mme Bettencourt ou le probable financement libyen de sa campagne en 2007. Son missi dominici Claude Guéant a fait des déplacements à Tripoli en compagnie de l'intermédiaire douteux Ziad Takiedinne et Guéant recèle de sommes importantes non déclarées au Fisc, dans ses comptes bancaires ...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article